La crise devient structurelle même à l’école primaire. Le premier acte que nous demandons au ministre est une revalorisation financière du métier.