Le SNALC s’insurge contre la communication qui porte encore atteinte à la dignité des métiers de l’enseignement. Au lieu de faire appel à  des reconversions sans formation pour lutter contre le peu d’attractivité du métier d’enseignant, il serait temps de protéger les personnels qui sont dans les cours face aux élèves tous les jours et de leur donner les moyens d’enseigner, d’être acteurs de l’orientation, de l’évaluation sans devoir justifier constamment leurs notes ou leurs remarques.

Le Plan Prévention Violence et les commissions permanentes doivent être déclenchées pour renforcer l’autorité des personnels et mettre un terme à l’ingérence des parents et aux comportements a-scolaires des élèves.

   Augmenter les places au concours interne, renforcer les barèmes des professeurs ayant fait 5 ans dans l’hexagone et prendre davantage en compte les situations familiales pour éviter les départs lors de l’année de stage redonneraient confiance aux étudiants pour passer ces concours!

 Réformer toujours et encore l’Education Nationale sans prendre en compte ses attentes que le SNALC porte dans les CA, CTA et CTM fera le lit de la crise des vocations. Or les élèves ont droit à un enseignement de qualité, dispensé par des personnels respectés, protégés et formés.

     Jérôme MOTET pour le  SNALC   Réunion-Mayotte

Print Friendly, PDF & Email
 
Partager