Le nombre de ruptures conventionnelles est en augmentation chez les enseignants réunionnais. Un phénomène qui traduit le malaise de cette profession face à l’évolution de leurs conditions de travail.

” On nous parle “d’école de la confiance”. Mais les enseignants vivent plutôt cela comme l’école du musèlement et de la défiance.” Jérôme Motet, vice-président du Snalc, est remonté quand il évoque le sujet du malaise des professeurs. Un malaise profond qui les amène à se détourner de plus en plus de leur profession pour envisager une reconversion. Selon les chiffres du ministère de l’Education nationale, 1417 enseignants auraient démissionné en 2018, soit trois fois plus qu’en 2014 (523 personnes).

 

Lire la suite sur le site:

image_pdfExporter en PDFimage_printImprimer
 
Partager