BACCALAURÉAT :

DES FAUTES GRAVES !

 

Communiqué de presse publié le 8 juillet 2021
Par Jean-Rémi GIRARD, président du SNALC, et Sébastien VIEILLE, secrétaire national du SNALC chargé de la pédagogie

Au Conseil Supérieur de l’Éducation de ce jour, le ministère a présenté et fait passer sa réforme du baccalauréat général et technologique, qui instaure 40% de contrôle continu (bulletins), et fragilise les options en mettant fin à la règle qui faisait que seuls les points au-dessus de la moyenne étaient comptabilisés.

Pour le SNALC, c’est une faute envers les professeurs, qui s’inscrit dans une politique qui vise à nous fragiliser et à épuiser la profession. Après la suppression du paritarisme, l’imposition d’une seconde heure supplémentaire sous-payée ou encore la pseudo-revalorisation coup de com’, c’est une nouvelle attaque, portée avec le soutien tout aussi fautif d’organisations supposées vous protéger.

C’est ainsi que le ministère a repris, sans le présenter au vote, un amendement du syndicat des enseignants de l’UNSA imposant que votre évaluation soit discutée en conseil d’enseignement, soumise à une validation en conseil pédagogique et scrutée par les représentants de parents et d’élèves au conseil d’administration.

Face aux tensions et pressions qui risquent de s’accumuler, le SNALC sera aux côtés des professeurs qui seraient remis en cause. Il vous fournira toutes les munitions pour vous défendre à la rentrée prochaine.

image_pdfExporter en PDFimage_printImprimer
 
  •  
  •  
  •  
  •  
  •