L’année se termine… « Enfin » devrait-on dire ! Année épuisante pour tous et particulièrement pour les directeurs qui ont parfois pris des risques pour assurer au mieux le fonctionnement de l’école. Une année stressante pour tous ceux qui ont dû trouver par leurs propres moyens, comment adapter au mieux les habitudes de travail à un ou plutôt des protocoles inapplicables à l’école. Nous aurons une pensée particulière également pour tous les collègues qui ont souffert et certains qui souffrent encore des conséquences de ce virus.

Une année en pointillé qui, sur le plan des réformes, a obligé le ministère à mettre en suspens depuis plus d’un an bon nombre de chantiers. Certains projets, certaines discussions entamées de longue date avec les syndicats, ont finalement abouti « à pas grand-chose », pour ne pas dire « à rien ». Parmi eux, la direction d’école, l’inspection ou encore la revalorisation… En cette fin d’année scolaire 2020-2021, les efforts consentis à l’égard de la profession restent bien en deçà des attentes et procurent un sentiment très amer. Les conclusions sont d’autant plus décevantes quand on sait l’investissement dont ont fait preuve les professeurs des écoles devant des sollicitations toujours grandissantes.

Plus que jamais, cette année scolaire aura été riche de communications en tout genre de la part de notre ministère et de notre ministre, avec des interventions relevant tantôt du mensonge, tantôt du mépris, tantôt de la caricature. Insupportable pour des professeurs qui se battent au quotidien et tentent en vain de restaurer l’honorabilité du métier. Parmi les opérations médiatiques dénotant une certaine forme de mépris : le Grenelle de l’éducation, vaste enfumage médiatique couronné par une intervention du ministre qui a tiré des conclusions à la hauteur des débats… Navrantes.

Après une année donc, faite de déceptions, de doutes, d’attentes et d’espoirs déçus, les beaux jours sont enfin de retour, les vacances arrivent et le virus semble lui aussi avoir pris congé de nous. Il était temps de pouvoir sentir cette douce odeur de liberté. Loin des craintes, des peurs même, des protocoles, des masques et de parents devenus parfois très agressifs. Des vacances méritées en attendant une année prochaine que nous espérons « normale ». Nous sommes en effet maintenant habitués aux surprises (mauvaises depuis quelques temps) …

Mais pour l’instant, oublions tout cela et prenons le temps de nous reposer et de profiter de ces instants de liberté précieux avec nos proches.

Bonnes vacances à tous !

 

Christophe Gruson, Secrétaire national SNALC premier degré

 

image_pdfExporter en PDFimage_printImprimer
 
Partager
  •  
  •  
  •  
  •  
  •