-- , Dental--

Avons nous eu tort de nous opposer au PPCR ?

 Principe du mérite mis en avant: Des collègue qui passent d'échelon en échelon à l'ancienneté avec une seule augmentation d'un an à 2 échelons à la classe normale !

 Des professeurs privés de visite de carrière au 9ème, trop anciens et discriminés car ne pouvant pas contester un avis au mieux Très Satisfaisant, jamais Excellent!

 Une formation tout au long de la carrière ! Des perspectives d'évolution professionnelle ! Où sont-elles? Au lieu de cela, une pression accrue sur le professeur de plus en plus soumis aux hiérarchies intermédiaires, dégradé dans son autorité, sommé de taire son désaccord et de communier aux réformes en avalanche, dont les augmentations indiciaires du PPCR et la classe exceptionnelle, miroir aux alouettes qui a vu une vingtaine de promotions perdues l'an dernier faute de promouvables au 1er vivier non reversées dans le second, n'ont rien changé à la crise du recrutement et au gel du point d'indice.

Car ce sont les traitements du professeur qui doivent changer, évoluer, être revalorisés, financièrement et dans leur identité professionnelle. Le préserver et savoir l'entourer quand il subit les affres de la violence, l'encourager quand des classes sont trop hétérogènes et dures à gérer. Est-ce cela que l'on voit dans les rendez vous de carrière ?

 Votre tableau, ici présenté est le reflet du PPCR ! Cachons les imperfections, taisons les souffrances et surtout pas de vague! Aucune contestation d'avis au 6ème ! Tiendrez vous compte de la remise en cause de l'évaluation des items quand elles ne reflètent pas une impartialité indispensable à cette dernière ? Peut-on laisser ces rendez-vous de carrière se transformer en règlement de compte ? Allons nous nous borner à faire correspondre les items et l'avis final ? Qu'entendrions-nous si nous évaluions avec si peu de bienveillance nos élèves ? Les choses vont elles si bien dans nos EPLE ? Aucun risque psycho social en vue ? Aucun abus de pouvoir ? Aucun épuisement professionnel ?

 Nous priver de CAPA, nous exclure des avancements des personnels est une faute grave, dont le but est, à n'en point douter l'affaiblissement de la défense des personnels qui est notre mission, en tentant d'affaiblir l'action des syndicats. Le musellement d'une profession dont l'essence est l'enseignement de l'esprit critique est un danger que nous combattrons toujours !

Je vous remercie

Jérôme MOTET SNALC  

 
  •  
  •  
  •  
  •  
  •