1

Confinement et couvre-feu : Téléchargez l’attestation de déplacement




Jean Remi GIRARD BFMTV 28 07 2021, les élèves non vaccinés discriminés ?




Annonces de Blanquer : « Pas de cours en visio » pour les élèves non vaccinés, précise un syndicaliste

Réagissant aux nouvelles mesures annoncées par le ministre de l’Éducation, le président du Syndicat national des lycées et collèges, Jean-Rémi Girard, a notamment rappelé, mercredi sur Europe 1, que les élèves non vaccinés contraints de rester chez eux si cas positif devront travailler en autonomie, car les cours seront donnés en présentiel durant leur absence.

INTERVIEW

Classes fermées dans les écoles primaires et cours à distance pour les collégiens et lycéens non-vaccinés si cas positif : le ministre de l’Éducation, Jean-Michel Blanquer, a annoncé mercredi un nouveau protocole sanitaire pour la rentrée prochaine. Au micro d’Europe 1, Jean-Rémi Girard, président du Syndicat national des lycées et collège (Snalc), a principalement réagi à la mesure concernant les collèges et lycées. « C’est à peu près la seule mesure que l’on n’a pas testée l’an dernier », dit-il, alors que celle concernant les fermetures de classes a déjà été expérimentée.

 

Lire la suite sur le site d’Europe 1

 




Année scolaire 2021-2022 : protocole sanitaire et mesures de fonctionnement

Année scolaire 2021-2022 : protocole sanitaire et mesures de fonctionnement 

Le nouveau protocle est en ligne

Cliquer sur l’image pour accéder au protocole




AU SNALC, PAS D’IMPASSE SANITAIRE!

AU SNALC,

PAS D’IMPASSE SANITAIRE!

 

Communiqué de presse publié le 23 juillet 2021
Par Jean-Rémi GIRARD, président du SNALC

Le SNALC, syndicat représentatif indépendant et apolitique, a porté avec clarté auprès du ministère et ce matin encore à l’Élysée la parole des personnels au sujet de la rentrée.

Pour le SNALC, le « pass sanitaire » n’est pas adapté à l’École. Nous l’avons dit à l’ensemble de nos interlocuteurs, et actons qu’il n’est pas prévu de l’y imposer. Nous rappelons que nous sortons d’une période durant laquelle les personnels de l’Éducation nationale ont dû régulièrement s’adapter du jour au lendemain, et ont porté le système éducatif à bout de bras, sans jamais bénéficier d’une priorité vaccinale que le SNALC réclamait dès le début pour nos personnels après la vaccination des soignants. L’imposer aujourd’hui avec autoritarisme, de façon directe ou détournée, serait tout autant contreproductif.

Nous invitons simplement les personnels volontaires, indépendamment de ce que pensent les politiques et sans arrière-pensée, à ne pas attendre la rentrée pour se lancer dans le processus de vaccination.

Nous continuerons de privilégier l’information et la pédagogie. Nous continuerons d’informer les personnels de façon complète et rapide. Nous saurons également prendre nos responsabilités chaque fois que la situation l’exigera, comme nous l’avons déjà fait au printemps 2020 ou en novembre dernier. Mais nous refuserons de participer à toute forme de division.

Le SNALC attend enfin la parution des différents « scénarios » pour 2021-2022, qui devrait intervenir très prochainement. Nous ne pouvons nous permettre une nouvelle année marquée par le manque d’anticipation : il en va de la santé physique et mentale des élèves et étudiants, de leurs familles, et des personnels.




Contingents classe exceptionnelle et échelon spécial

Contingents classe ex Réunion
Certifiés
Vivier 1: 80
Vivier 2: 14
 
PLP
vivier 1: 28
Vivier 2: 7
 
PEPS
vivier 1 :9
Vivier2: 1
 
CPE
vivier1: 3
Vivier2: 1
 
 
Contingents échelon spécial Reunion
 
Certifiés 21
Plp 7
EPS 3
CPE 1



CONTRACTUELS ENSEIGNANTS, CPE, PSY EN : DES NON RENOUVELLEMENTS À FOISON

Alerté par de nombreux adhérents et sympathisants, le SNALC condamne le non renouvellement de milliers de contractuels enseignants, CPE, Psy EN en CDD sur des contrats à l’année, à la rentrée de septembre 2021.

Si 673 contractuels en CDD (dont 240 en mathématiques) ont été informés par le rectorat de Versailles qu’ils ne seraient pas renouvelés sur des affectations à l’année, ils sont plus de 2300 à connaître le même sort dans l’académie de Créteil !

Par ailleurs, on notera que beaucoup de ces contractuels non renouvelés étaient, compte tenu de leur ancienneté de service proche des 6 années, sur le point d’obtenir un CDI.

Immédiatement contactés par le SNALC, les rectorats de ces deux académies évoquent une baisse des besoins d’enseignants pour différents motifs : les réformes de la voie générale et technologique et de la voie professionnelle, l’introduction de l’alternance pour la préparation des concours d’enseignants, l’augmentation du nombre de postes de titulaires et de stagiaires…

Or, les contractuels de Versailles et Créteil ne seront pas les seuls touchés par les affres et l’ignominie d’une précarité institutionnalisée par une administration aussi inhumaine que profiteuse.

Par conséquent, ce matin en Comité Technique Ministériel, le président national du SNALC, Jean-Rémi GIRARD, a alerté le ministère sur ces non renouvellements, et le DGRH s’est engagé à regarder ce qui se passe sur les contractuels.

Certes, les contractuels en CDD ne disposent pas d’un droit au renouvellement de leur contrat, et par conséquent cette décision n’a rien d’illégal. Toutefois, notre ministère ne peut pas traiter ainsi ces personnels dont les missions et compétences sont indispensables au fonctionnement de notre école. La pandémie qui sévit depuis plus de 18 mois n’a d’ailleurs pas manqué de nous rappeler leur rôle crucial dans la continuité du service public d’enseignement.

Puisque notre institution fait de la bienveillance et de la reconnaissance son cheval de bataille, le SNALC demande qu’elle commence par l’appliquer à ses contractuels enseignants, CPE, Psy EN en les renouvelant tous à la rentrée, au lieu de les traiter comme de vulgaires kleenex !

Contacts :

Philippe Frey, vice-président national du SNALC contractuels@snalc.fr   06 19 08 00 81

Danielle Arnaud, secrétaire nationale chargée des contractuels contractuels@snalc.fr   06 75 35 21 10




BACCALAURÉAT : DES FAUTES GRAVES !

BACCALAURÉAT :

DES FAUTES GRAVES !

 

Communiqué de presse publié le 8 juillet 2021
Par Jean-Rémi GIRARD, président du SNALC, et Sébastien VIEILLE, secrétaire national du SNALC chargé de la pédagogie

Au Conseil Supérieur de l’Éducation de ce jour, le ministère a présenté et fait passer sa réforme du baccalauréat général et technologique, qui instaure 40% de contrôle continu (bulletins), et fragilise les options en mettant fin à la règle qui faisait que seuls les points au-dessus de la moyenne étaient comptabilisés.

Pour le SNALC, c’est une faute envers les professeurs, qui s’inscrit dans une politique qui vise à nous fragiliser et à épuiser la profession. Après la suppression du paritarisme, l’imposition d’une seconde heure supplémentaire sous-payée ou encore la pseudo-revalorisation coup de com’, c’est une nouvelle attaque, portée avec le soutien tout aussi fautif d’organisations supposées vous protéger.

C’est ainsi que le ministère a repris, sans le présenter au vote, un amendement du syndicat des enseignants de l’UNSA imposant que votre évaluation soit discutée en conseil d’enseignement, soumise à une validation en conseil pédagogique et scrutée par les représentants de parents et d’élèves au conseil d’administration.

Face aux tensions et pressions qui risquent de s’accumuler, le SNALC sera aux côtés des professeurs qui seraient remis en cause. Il vous fournira toutes les munitions pour vous défendre à la rentrée prochaine.




La Quinzaine Universitaire N°1455 est en ligne

La Quinzaine Universitaire N°1455 est en ligne

Cliquer sur l’image ci-dessous pour télécharger ce numéro :

 

ÉDITO : LA RENTRÉE DES CASSES

Après les attaques violentes contre le paritarisme des années précédentes, il ne manquait plus que d’attendre la fin de l’année scolaire pour s’attaquer au baccalauréat. Un petit coup de Pierre Mathiot au Sénat pour tester la température de l’eau, accompagné de l’inénarrable SNPDEN, le syndicat des personnels de direction qui vous veut du bien (au ministère, pas aux personnels) ; un simulacre de dialogue alors que les décisions sont déjà prises ; et on finit par l’habituelle communication orwellienne, en disant « bonjour à l’expression des passions, aux approfondissements, à l’exigence ». À deux doigts de nous expliquer que ce n’est pas moins de bac, mais mieux de bac… Il faut dire que depuis que l’on a lu le ministre indiquer qu’ « en ouvrant techniquement et psychologiquement les chakras, nous créons les possibilités d’une transformation autoréalisée du système », on se demande si c’est encore Jean-Michel Blanquer qui communique, ou bien Skippy le grand gourou [Lire la suite]



Recours pour les stagiaires nouvellement affectés

Les stagiaires nouvellement affectés dans une académie souhaitant faire un recours peuvent le faire en suivant le lien dans le message les informant de leur affectation.
 
Voici ce lien si nécessaire : 
 
 
Le délai est de 2 mois à la date de réception de l’affectation.
 
Il n’est pas possible de demander à être suivi par une organisation syndicale.
En revanche, le snalc peut vous accompagner dans cette démarche. 
 
Guillaume LEFEVRE
Président SNALC Réunion/Mayotte
Secrétaire National à l’Enseignement Professionnel 
0692611646