Publications nationales

 

 

Les soussignés ont pris connaissance du nouveau mode de rémunération des professeurs de classes préparatoires aux grandes écoles (CPGE) tel qu'il résulte des propositions du ministère en date du 18 novembre dernier.

 

Ils ne peuvent admettre que ces propositions conduisent à une diminution de la rémunération de plusieurs milliers d'euros, soit 10% à 15% de leur salaire, voire davantage, pour toute une catégorie de fonctionnaires, autrement dit dans des proportions jamais atteintes depuis que la République existe. D'autres collègues qui assurent actuellement un service complet en CPGE vont être obligés d'assurer une à trois heures de plus sans rémunération complémentaire. Une telle disposition prend pour les personnels concernés un caractère vexatoire voire infamant, alors qu'elle concerne des professeurs d'un haut niveau de qualification professionnelle et fortement investis envers les étudiants qu'ils ont en charge.

 


Les soussignés réclament la révision du mode de calcul de la rémunération des professeurs de CPGE de façon à empêcher une perte aussi importante de leurs revenus ou une augmentation aussi conséquente de leur charge de travail pour le même salaire.

 

 



Contact : M. Dominique SCHILTZ, Responsable CPGE pour le SNALC-FGAF, Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Le SNALC-FGAF a décidé de soutenir le mouvement de grève du jeudi 14 novembre dans le premier degré.Nous rappelons que nous avons toujours manifesté notre opposition au décret sur les rythmes scolaires tel qu'il a été adopté et que nous avions hélas anticipé les nombreux dysfonctionnements constatés sur le terrain.

 

Le SNALC-FGAF souhaite que l’on améliore le fonctionnement de l'École Primaire, notamment par un recentrage sur les disciplines fondamentales (ce qui n'exclut pas les autres disciplines mais à un moment on ne peut pas tout faire dans un temps scolaire contraint et en perpétuelle diminution), par l'amélioration de la formation des professeurs des écoles et par la réduction de la taille des classes. Alors que nous avons soutenu et continuons de soutenir la politique de priorité au primaire souhaitée par le ministre, nous déplorons que la question des rythmes scolaires vienne polluer les vrais débats et masque les vrais enjeux. 

mercredi, 06 novembre 2013 08:03

Le rattrapage, ça suffit !

Écrit par

Le SNALC-FGAF exprime son ras-le-bol au sujet des « journées de rattrapage » auxquelles sont soumis les personnels de l’Éducation nationale. Sous le prétexte tatillon de faire effectuer une semaine complète, sans quoi probablement tous les élèves échoueraient subitement, on place personnels, parents et enseignants dans des situations ubuesques, que le SNALC-FGAF a pourtant signalées depuis fort longtemps.

 

            Ainsi on ne sait même pas quel jour on rattrape (cela variant d'une académie à l'autre) ; ainsi l'organisation des Associations Sportives est mise sens dessus dessous ; ainsi certains établissements rattrapent des demi-journées sur des demi-journées où ils travaillent déjà ; ainsi on annonce aux personnels qu'ils rattrapent une journée qu'ils ont déjà travaillée, créant de ce fait une frustration et une colère légitimes.

Le SNALC-FGAF a décidé de soutenir le mouvement de grève du jeudi 14 novembre dans le premier degré.Nous rappelons que nous avons toujours manifesté notre opposition au décret sur les rythmes scolaires tel qu'il a été adopté et que nous avions hélas anticipé les nombreux dysfonctionnements constatés sur le terrain.

 

Le SNALC-FGAF souhaite que l’on améliore le fonctionnement de l'École Primaire, notamment par un recentrage sur les disciplines fondamentales (ce qui n'exclut pas les autres disciplines mais à un moment on ne peut pas tout faire dans un temps scolaire contraint et en perpétuelle diminution), par l'amélioration de la formation des professeurs des écoles et par la réduction de la taille des classes. Alors que nous avons soutenu et continuons de soutenir la politique de priorité au primaire souhaitée par le ministre, nous déplorons que la question des rythmes scolaires vienne polluer les vrais débats et masque les vrais enjeux. 

mercredi, 02 octobre 2013 17:42

Humour

Écrit par

 

Le SNALC-FGAF est sorti rassuré de la réunion qui s'est tenue ce jour à la Direction Générale de l'Enseignement SCOlaire au sujet des calendriers scolaires des trois prochaines années. Nous notons tout d'abord qu'est acté le maintien d'une année comportant 36 semaines de cours, ce qui faisait partie de nos revendications. Les calendriers qui nous ont été présentés correspondent à nos demandes, et ont pris en compte plusieurs des remarques que nous avions faites précédemment pour les améliorer et permettre d'arriver à un résultat correct.

Page 31 sur 31

Accès webmaster

Mention C.N.I.L

Les informations recueillies sont nécessaires pour votre adhésion.Elles font l’objet d’un traitement informatique et sont destinées au secrétariat de l’association. En application des articles 39 et suivants de la loi du 6 janvier 1978 modifiée, vous bénéficiez d’un droit d’accès et de rectification aux informations qui vous concernent.
Si vous souhaitez exercer ce droit et obtenir communication des informations vous concernant, veuillez vous adresser à : snalc@snalc-reunion.com

Visiteurs

8910695
Aujourd'hui
Hier
Cette semaine
Semaine dernière
Mois en cours
Mois dernier
Tous les jours
31707
7716
69922
5920132
131027
161384
8910695

Your IP: 54.234.13.175
2018-11-16 18:06