Site du SNALC Réunion - Bienvenue sur le site du SNALC Réunion
Vous êtes iciAccueil>PORTAIL>CATEGORIES
Bienvenue sur le site du SNALC Réunion

CATEGORIES (166)

Catégories enfants

Certifiés

Certifiés (10)

HISTORIQUE

Le CAPES est relativement récent. Avant la seconde guerre mondiale, il existait dans les lycées deux catégories de professeurs les "agrégés" et les "licenciés" (titulaires d'une licence).
Après avoir transformé les écoles primaires supérieures en collèges modernes, le régime de Vichy crée par le décret du 28 décembre 1941 le certificat d'aptitude à l'enseignement des collèges (CAEC). Le concours, ouvert aux licenciés, porte sur ces disciplines : lettres-philosophie, lettres classiques et modernes, histoire-géographie, langue vi­vante, maths-physique et sciences physiques et naturelles. Une partie des épreuves était fortement professionnalisée. Cependant, à la Libération, le CAEC est jugé encore trop élitiste.
Par un décret du 1er avril 1950, Yvon Delbos le remplace par le Certificat d’Aptitude à l’Enseignement Public du Second degré (CAPES « Ancien régime »). Les candidats de ce concours passent alors des épreuves pédagogiques avant de subir des épreuves scientifiques.
Le décret et l’arrêté du 17 janvier 1952 (CAPES « Nouveau régime ») inversent cet ordre : «Le concours pour l’obtention du CAPES comprend deux parties indépendantes: premièrement une partie théorique qui comporte des épreuves écrites et une épreuve orale ; deuxièmement une partie pratique pendant un an après la partie théorique ».
La même année sont institués les Centres pédagogiques régionaux (CPR) chargés de former les lauréats des épreuves théoriques du CAPES.
De 1957 à 1978 l’Etat opère un pré recrutement des professeurs à bac +1 en créant dans les Instituts de préparation à l’enseignement secondaire (IPES).
Des CAPES sont créés dans les principales disciplines, puis dans les spécialités plus rares comme le chinois en 1964, les sciences économiques et sociales en 1969 (décret du 31 mai 1969), l’arabe en 1973, le breton en 1985, la documentation en 1989 (Arrêté du 16 juin 1989), le Corse en 1991 (Arrêté du 30 avril 1991), le néerlandais en 1996 (arrêté du 26 juin 1996)ou le créole en 2001 (arrêté du 9 février 2001) …
L’arrêté du 20 mai 1986 a créé le CAPES internes (BOEN spécial n° 5 du 26 juin 1986).

Voir les éléments...
P.EPS

P.EPS (16)

HISTORIQUE

Le 25 novembre 1869, est créé le CAEG (Certificat d’Aptitude à l’Enseignement de la Gymnastique. Il n'est toutefois pas obligatoire pour enseigner l'EPS qui était jusque là le fait de militaires ou de professeurs de gymnastique privés.
En 1908 est créé le degré supérieur du CAEG.
Le 12 août 1931 est instauré le CAEP (certificat d’aptitude à l’E.P), diplôme obtenu en un an.
Le 31 juillet 1933, le CAPEP (certificat d’aptitude au professorat d’EP) diplôme obtenu après une formation de 2 ans. On ne peut rentrer qu'avec le bac ou le CAEG supérieur.
L’EPS apparaît au baccalauréat comme une matière facultative en 1941.
Le 31 décembre 1943 le régime de Vichy met en place le Certificat d'aptitude au professorat d'éducation physique et sportive CAPEPS.
Le décret du 28 août 1959 introduit pour la première fois l’obligation d’une épreuve d’EPS au baccalauréat.
Le 28 mai 1981 l’EPS est transférée du ministère de la jeunesse, des sports et des loisirs au ministère de l’éducation nationale.

Voir les éléments...
P.E.G.C

P.E.G.C (4)

LE SNALC et les PEGC

 

  • Le SNALC se bat pour une revalorisation indiciaire significative du corps des PEGC et un rattrapage immédiat des traitements.
    – alignement des indices de la classe normale sur l’indice terminal 657 au 11e échelon,
    – alignement des indices de la hors-classe sur l’indice terminal 740 au 6e échelon.
     
  • Le SNALC se bat pour l’amélioration de votre statut.
    – respect des droits statutaires,
    – maintien strict du volontariat pour les remplacements de courte durée,
    – volontariat pour la bivalence,
    – volontariat pour tout enseignement en SEGPA.
     
  • Le SNALC se bat pour des perspectives de carrière claires et connues de tous.
    – accès de tous à la classe exceptionnelle transformée en 7e échelon de la hors-classe avec l’indice 782.
     
  • Le SNALC se bat pour une amélioration de vos conditions de travail.
    – calme et sécurité doivent être assurés dans tous les établissements, pour permettre les apprentissages et la transmission des connaissances sur tout le territoire, y compris dans les établissements classés ZEP ou plan violence,
    – renoncement à l’utilisation des collèges comme laboratoires pour expérimentateurs pédagogistes,
    – restitution des heures de cours disciplinaires supprimées avec la mise en place des IDD.
Voir les éléments...

Le SNALC Réunion était présent en pôle position à l'ESPE pour accueillir et informer les stagiaires.
Merci à tous les plp s1 pour leur aide et leur accueil auprès des stagiaires de leur établissement.
 

 
ProfileÀ l’approche de la fin de l’année scolaire, vous êtes nombreux à nous interroger sur vos droits à rémunération pendant la période des vacances estivales. Petit tour d’horizon des règles pour continuer à percevoir votre salaire pendant une période de vacances scolaires.
 
Pour les contractuels en CDI, les « petites » et les « grandes » vacances sont payées comme pour les titulaires. Pour les contractuels en CDD, plusieurs situations :
 
  • Si vous êtes affecté sur un BMP (Bloc de Moyens Provisoires), et si votre contrat a été signé à la rentrée 2018 ou avant le 30/09/2018, il doit s’achever le 31/08/2019. Vous serez alors rémunéré pendant les « grandes » vacances 2019, tout comme vous l’avez été pendant les différentes « petites » vacances 2018/2019.
  • Si vous effectuez le remplacement d’un collègue ou des remplacements successifs du même collègue absent durant toute l’année scolaire (premier contrat signé avant le 30/09/2018), la date de fin de votre contrat (ou du dernier avenant) doit être le 31/08/2019, et vous serez alors rémunéré par l’Éducation nationale en juillet et août 2019.
  • Par contre, si au cours de l’année scolaire, vous remplacez différents collègues, vous ne pouvez pas bénéficier d’un dernier contrat (ou avenant) jusqu’au 31/08/2019, et l’Administration n’est pas tenue de vous rémunérer pendant les « grandes » vacances. En conséquent, vous devrez vous inscrire à Pôle emploi, dès le lendemain de la date de fin de votre dernier contrat (ou avenant), pour percevoir l’ARE (cf. Lettre électronique n°10)¹. .

Pour être rémunéré par l’Éducation nationale pendant les « petites » vacances, ces dernières doivent être incluses entre les dates de début et de fin de votre contrat. Ainsi, si vous avez eu un contrat du 10/10/2018 au 20/01/2019, alors vous avez perçu votre salaire pendant les vacances de Toussaint et de Noël. De même, lorsque votre contrat s’achève le jour de « petites » vacances et reprend à la rentrée, sur le même poste, alors un avenant doit inclure la période de « petites » vacances. Enfin, les contractuels ne pouvant pas bénéficier de tout ou partie de leurs congés annuels perçoivent une indemnité compensatrice, conformément à l’article 10 du décret 86-83 du 17/01/1986 
 
 
ProfileDepuis le 1er janvier 2018, dans toutes les académies, ce n’est plus l’Éducation nationale mais Pôle emploi qui assure la gestion et le paiement des indemnités chômage, appelées allocation d’Aide au Retour à l’Emploi (ARE) pour les contractuels enseignants, CPE, Psychologues sans contrat de l’Éducation nationale.

Ce transfert de compétences de l’indemnisation du chômage des agents publics de l’État à Pôle emploi était une revendication majeure du SNALC pour simplifier et réduire les délais de versement de l’ARE.
Quelles conditions et formalités devez-vous remplir pour percevoir cette ARE ? De même, pour quelle durée et quel montant ?
 
POUR PERCEVOIR L’ARE, VOUS DEVEZ :
→ être involontairement privé d’emploi, ce qui est le cas pour une fin de contrat de travail à durée déterminée, une démission pour motif légitime (un changement de quotité, l’éloignement de son domicile, des raisons de santé…), un licenciement (y compris pour insuffisance professionnelle ou pour raison disciplinaire) ;
Plus de détails sur site de l’UNEDIC
→ justifier d’une période d’affiliation minimale ;
Cette Période de Référence d’Affiliation (PRA) varie en fonction de l’âge du demandeur d’emploi.
Ainsi, depuis le 1er novembre 2017, il faut avoir travaillé un minimum de 88 jours (ou 610 heures) au cours des 28 derniers mois dans les secteurs publics et privés cumulés pour les agents de moins de 53 ans à la date de fin du contrat de travail ou au cours des 36 derniers mois pour les agents de 53 ans et plus à la date de fin du contrat de travail.
Plus de détails sur le site de Pôle emploi
→ être physiquement apte à l’exercice d’un emploi ;
→ ne pas avoir atteint l’âge déterminé pour l’ouverture du droit à une pension de vieillesse au sens du 1° de l’article L 5421-4 du code du travail (sauf pour les personnes ayant l’atteint l’âge cité sans pouvoir justifier du nombre de trimestres d’assurance requis pour percevoir une retraite à taux plein) ;
→ résider sur le territoire français (Métropole et DOM) ;
→ être inscrit comme demandeur d’emploi à Pôle emploi ;
→ être disponible (par exemple ne pas être en formation, indemnisé pour maladie, congé maternité…), à la recherche effective et permanente d’un emploi ;
→ déclarer tous les mois votre situation à Pôle emploi (notamment l’exercice de toute activité professionnelle, les périodes de maladie…).

Le SNALC rappelle son opposition à la réforme du PPCR qui occasionne plus de dégâts que de bénéfices. L'Education Nationale est un monopole d'Etat et de ce fait il se doit d'être irréprochable ce qui est loin d'être le cas au regard de l'analyse froide des situations. Les personnels pour la très grande majorité le vivent très mal et sauront s'en souvenir en temps utile.


La CAPA de classe exceptionnelle de ce jour s'apparente à une extension des échelons supplémentaires combinée avec un ralentissement global du gravissement de ces échelons. Un professeur qui commence sa carrière à 35 ans ne possède quasiment aucune chance d'accéder à cette classe exceptionnelle ni même peut-être à la hors classe. De plus le ratio directeur 80%-20% pour les 2 viviers doublé de l'autre nouveau ratio 50%-50% homme-femme induit la fermeture programmée de ce corps-grade. Est-ce que son destin est la clôture ou l'extinction ? D'ailleurs il est illogique d'imposer la parité homme-femme pour les promotions s'il n'y a pas ce même critère de parité lors des concours professionnalisants. Ce ratio devrait d'ailleurs statistiquement être 52%-48% eu égard à l'espérance de vie différenciée selon le sexe d'après le barème des assurances. Pour compenser l'inaccessibilité programmée au vivier 1 : le SNALC propose aussi la parité 50%-50% pour les deux viviers.

ProfileC'est avec émotion que nous ouvrons cette CAPA pour l'affectation des PLP, peut-être, malheureusement la dernière sous cette forme connue si nous n'agissons pas. De ce fait, nous continuons notre lutte pour que cette régression du dialogue syndical ne soit pas la règle imposée dans les années à venir. Et pour cause, notre Fonction Publique, depuis la LIBERATION en 1946, depuis les lois MITTERRAND en 1983 et enfin sous SARKOZY s'est toujours appuyée sur un précieux regard paritaire assurant le contrôle, la justice et la justesse pour que les opérations de carrière ne soient pas entachées d'illégalité et ne créent pas le ressentiment, le doute et la méfiance chez les agents. Cela est notre devoir et nous l’avons montré dans ces opérations avec les multiples corrections apportées et les suggestions faites pour améliorer le projet. Notre travail conjoint s’est avéré absolument indispensable. Laisser uniquement l'algo déterminer les affectations supprime toute amélioration humaine.

La loi sur la transformation de la fonction publique si chère à monsieur Blanquer nous impose une gestion où il n’y aura plus aucun garde fous ce qui conduira immanquablement à de très grandes tensions. C'est le caractère démocratique de notre fonctionnement qu'on met à bas sans aucun scrupule avec comme objectif caché le musellement des personnels et l'installation d'une ambiance extrêmement dégradée dans les lycées professionnels : un nouveau paradigme comme se plaît à qualifier certains bien-pensants mais où la concurrence permanente régnera en maître et le pouvoir du suzerain proviseur, déjà renforcé par l'autonomie du chef d'établissement et le PPCR, sera total. Est-ce le moyen de palier la crise des vocations dont souffre la profession ? Sûrement pas ! Nous vous exhortons à la continuation de cette organisation qui évitera bien des recours qui seront légions. D'ailleurs, nous remercions les services de nous avoir permis de continuer à consulter les dossiers et nous prêter une oreille attentive.
mardi, 18 juin 2019 04:32

L'action ne fait que commencer !

Écrit par
ProfileCollègues PLP,
L'action ne fait que commencer.
Ne vous fiez pas aux chiffres de 4%de grévistes le 17 juin.
Il ne tient pas compte de la réalité car ne sont comptabilisés que les profs qui étaient convoqués.
A l instar de la métropole il y avait bien plus de grévistes qu annoncé devant les établissements et le rectorat.
Pour les PLP, Les journées de correction des écrits sont un autre moment d'action.
Rdv dés jeudi 20 juin au LP Horizon pour montrer votre colère face au non respect des PLP de la part du ministre.
L'action concerne toutes les matières et tous les centres de correction
Ne pas corriger est un moyen fort pour prouver votre détermination.
 
 
Guillaume Lefevre
Secrétaire National snalc à l Enseignement professionnel.
0692611646
 
NOUVELLE CHARGE CONTRE LES ENSEIGNANTS
=

  
 

Le SNALC tient tout d’abord à rappeler qu’il reste très attaché aux concours malgré le recours croissant dans l’académie aux personnels contractuels.

En effet, il est difficile d’accompagner nos collègues non titulaires dans les différentes phases de mouvement car les bases de données ne sont pas communiquées régulièrement aux organisations syndicales. De surcroit, elles ne précisent pas les « non-réaffectations » d’agents.

C’est pour cette raison en particulier que le SNALC demande l’affectation lors des Groupes de Travail de juillet, à venir, des personnels contractuels en CDD, en même temps que les personnels en CDI et les MA.

D’autre part, le SNALC souhaiterait que lors des affectations des personnels contractuels, le Rectorat prenne davantage en compte les vœux LILMAC pour améliorer les conditions déjà précaires de ces agents.

Enfin, le SNALC dénonce depuis trop longtemps des délais encore bien trop longs dans la remise des attestations d’employeur à la fin des contrats. A quand une réelle résolution de cette difficulté afin de permettre aux collègues en attente de poste de percevoir rapidement des indemnités de chômage pour subsister ?

ProfileAvant de traiter ce qui nous réunit aujourd hui, il est impératif de rappeler la gravité de la situation que les PLP subissent une nouvelle fois. En plus d'être déconsidérés , dévalorisés dans le système éducatif car perçus comme profs de seconde zone auxquels on envoie les élèves dont on ne veut plus, les PLP sont méprisés avec la Réforme Blanquer de la voie professionnelle.

En effet, l'institution ministérielle, dont le seul dessein est de faire des économies, nous impose au pas de charge une réforme pédagogique, structurelle et statutaire, au prétexte de revalorisation, sans aucune possibilité de discussion ou de prise en considération de nos remarques et propositions avisées et ce, malgré un avis négatif au CSE. Ainsi, exige -t-on des PLP qu'ils se plient aux actions visibles de l'administration pour justifier cette transformation sybilline et néfaste de la voie pro: réunions, formations, préparations empiriques de projets pour alimenter chefs d'œuvres et cointervention sont imposées dans l'urgence qui s'ajoutent au travail déjà chronophage et monopolisant des surveillances et corrections de fin d'année scolaire. Où est l'interêt des PLP?
 
ProfileAvant tout, pour l'actualité syndicale, nous rappelons que les collègues sont encore une fois plongés dans l'incertitude quant à la loi de l'Ecole de la Confiance qui porte très mal son nom ! Si le projet catastrophique de l'Ecole du Socle ou Ecole des Savoirs Fondamentaux semble s’évacuer par la grande porte, projet que le SNALC avait dénoncé, il n'en reste pas moins que l’ordre sur le devoir d'exemplarité reste et même exacerbé au seul détriment des enseignants; Le personnel d'encadrement n'est aucunement concerné apparemment malgré les dérapages et abus de pouvoirs de certains contre les professeurs! De plus, la représentativité même des collègues est remise en cause avec la loi sur la réforme de la Fonction Publique qui est une attaque du paritarisme, fondement du fonctionnement de l’Education Nationale, entamée par la généralisation du PPCR qui dévalorise et démotive les enseignants. Nous avons été témoins cette année d'un dialogue en trompe l'œil:

Le sujet de la consultation des dossiers prouve parfaitement ce manque de dialogue. Il nous a été notifié qu'il n'y avait plus de consultation en salle mais dans le bureau des responsables du mouvement et sous étroite surveillance. Mais par la suite il n'en a rien été car les dossiers bruts non anonymes furent librement consultables en salle ! On peut s'attendre alors à des pressions et des promesses avant le mouvement à l encontre des candidats comme à la bonne époque. Il est tellement plus facile de révéler le mouvement à l'avance ou de se plaindre pour certains plutôt que de travailler sur le terrain.
Les directives données n'étaient pas explicites et nous ont mis nous comme les agents administratifs, que nous remercions pour leur coopération, dans une situation des plus inconfortables ! Pour ceux qui sont éloignés géographiquement, cette situation a bien entendu compliqué les choses du point de vue logistique.
ProfileLe Ministère à travers le corps d inspection, avec des discours discordants, propose à la va-vite des journées de formation de bassins à un nombre limité de PLP sur les heures de cointervention et le chef-d’œuvre, fleurons de la Réforme de la Voie Professionnelle. Cela malgré les différents guides, vademecum et parcours de formation, finalement jugés insuffisants, qui ont été élaborés pour permettre aux équipes pédagogiques de lycées professionnels et de centres deformation d’apprentis de mieux s’approprier ces axes et leviers de la transformation de la voie pro.
L'aveu de faiblesse et la preuve d'un echec retentissant de cette réforme inappropriée sont ainsi évidents.
De plus ces 2 dispositifs souffrent d'une incompréhension des chefs d'établissements qui utilisent ces heures comme variables d'ajustements, à l'instar de l'AP, pour répartir et compenser les heures disciplinaires perdues par la RVP. La mise en œuvre peut donner lieu à des regroupements ponctuels des horaires de l’ensemble des enseignants impliqués dans le chef d'oeuvre.
Page 1 sur 12

Accès webmaster

Mention C.N.I.L

Les informations recueillies sont nécessaires pour votre adhésion.Elles font l’objet d’un traitement informatique et sont destinées au secrétariat de l’association. En application des articles 39 et suivants de la loi du 6 janvier 1978 modifiée, vous bénéficiez d’un droit d’accès et de rectification aux informations qui vous concernent.
Si vous souhaitez exercer ce droit et obtenir communication des informations vous concernant, veuillez vous adresser à : snalc@snalc-reunion.com

Visiteurs

10593886
Aujourd'hui
Hier
Cette semaine
Semaine dernière
Mois en cours
Mois dernier
Tous les jours
605
4494
5099
7678144
129326
170556
10593886

Your IP: 34.238.194.166
2019-08-26 05:08

Paramétrages de cookies

×

Cookies fonctionnels

Ce site utilise des cookies pour assurer son bon fonctionnement et ne peuvent pas être désactivés de nos systèmes. Nous ne les utilisons pas à des fins publicitaires. Si ces cookies sont bloqués, certaines parties du site ne pourront pas fonctionner.

Mesure d'audience

Ce site utilise des cookies de mesure et d’analyse d’audience, tels que Google Analytics et Google Ads, afin d’évaluer et d’améliorer notre site internet.

Contenus interactifs

Ce site utilise des composants tiers, tels que ReCAPTCHA, Google Maps, MailChimp ou Calameo, qui peuvent déposer des cookies sur votre machine. Si vous décider de bloquer un composant, le contenu ne s’affichera pas

Réseaux sociaux/Vidéos

Des plug-ins de réseaux sociaux et de vidéos, qui exploitent des cookies, sont présents sur ce site web. Ils permettent d’améliorer la convivialité et la promotion du site grâce à différentes interactions sociales.

Session

Veuillez vous connecter pour voir vos activités!

Autres cookies

Ce CMS Joomla utilise un certain nombre de cookies pour gérer par exemple les sessions utilisateurs.