Site du SNALC Réunion - Bienvenue sur le site du SNALC Réunion
Vous êtes iciAccueil>Site du SNALC Réunion - Bienvenue sur le site du SNALC Réunion
Site du SNALC Réunion - Bienvenue sur le site du SNALC Réunion

Veuillez trouver ci-joint la circulaire "candidatures à un poste dans les écoles européennes- rentrée scolaire 2020/2021"

 

Accéder à la circulaire

Le SNALC rappelle à tous ses adhérents stagiaires et titulaires participants à l inter les étapes du mouvement.

Les dates limites suivantes pour les recours des participants au mouvement inter académique 2020.

  • Affichage des barèmes provisoires sur SIAM et demande de contestation : du 11 au 25/01/2020
  • Date limite de contestation des barèmes provisoires : le 25/01/2020
  • Affichage des barèmes définitifs : le 28/01/2020
  • Date limite de contestation des barèmes définitifs et uniquement pour ceux qui ont contesté le barème provisoire : le 29/01/2020 18 h00.

Le snalc est déjà intervenu de nombreuses fois auprès des services du rectorat pour les corrections de barèmes.
Dès la publication du barème définitif le 28 janvier, envoyez nous le barème et le récapitulatif du barème.
Pour faire un recours contactez nous dès le 28 janvier. Sinon il sera trop tard.

VITRY Valérie Commissaire paritaire Classe Normale
Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

LEFEVRE Guillaume Commissaire paritaire PLP Classe Normale
Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.
06 92 61 16 46

MOTET Jérôme Commissaire paritaire Hors Classe
Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.
06 92 77 61 00

PEYRAT Philippe Commissaire paritaire agrégé hors classe
Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.
06 92 87 40 02

 

Le président du Syndicat national des lycées et des collèges était sur Europe 1, dimanche soir, alors que la tenue du baccalauréat "nouvelle formule" commence lundi et risque d'être très perturbée.

 

Les professeurs menacent d'empêcher la tenue des épreuves de contrôle continu du nouveau baccalauréat, lundi. À Clermont-Ferrand, un examen devait se tenir samedi mais environ 300 personnes, enseignants et étudiants, ont investi les couloirs et perturbé son déroulement. Pour expliquer ces troubles causés par la nouvelle formule du baccalauréat, Jean-Rémi Girard, président du Syndicat national des lycées et des collèges (SNALC), était sur Europe 1 dimanche.

Selon le syndicaliste, par ailleurs professeur de lettres à Asnières, dans les Hauts-de-Seine, cette réforme "change la nature des épreuves et dématérialise les copies, sans s’assurer au préalable que les conditions étaient réunies pour cela".

Problème de fond et couacs dans la méthode

Jean-Rémi Girard dénonce également des couacs dans la méthode. "La banque de sujets a été ouverte à partir du 9 décembre seulement, ce qui a laissé 6 semaines, incluant les 2 semaines de vacances de Noël, pour faire des choix collectifs sur les sujets qui tomberont", explique-t-il en donnant l'exemple des sujets d'histoire-géographie. Pour cette matière, "il y a des centaines de sujets et on ne peut les télécharger qu’un par un !".

Ils savent que leurs élèves ne sont pas prêts pour ces épreuves.
Ils ne veulent pas envoyer leurs étudiants dans le mur.

Surtout, la banque de sujets a été ouverte alors que l'année avait déjà débuté. Conséquence, "les enseignants ont commencé à enseigner dans le vide, sans savoir à quoi ils préparaient les élèves". Le président du SNALC se mobilisera, lundi, pour empêcher le début des épreuves et, par la suite, pour ne pas corriger car "ne pas corriger les copies est une forme de grève".

Jean-Rémi Girard assure enfin que les étudiants ne seront pas pénalisés. "Si la session ne se déroulait pas, ça ne changerait rien au calcul de la note du bac", dit-il avant de préciser que les enseignants mobilisés le font pour protéger leurs élèves. "Ils savent que leurs élèves ne sont pas prêts pour ces épreuves. Ils ne veulent pas envoyer leurs étudiants dans le mur."
 

 

En ces temps où le SNALC demande au ministre d’augmenter les traitements et les indemnités qu’il verse aux professeurs, il est utile de jeter un coup d’oeil sur le passé.

Avant 1989, les professeurs recevaient une « indemnité » de 10 Francs par mois pour les adjoints d’enseignement, 13.33 Francs pour les certifiés et 16.66 Francs pour les agrégés. Elle ne correspondait à aucun service, aucune obligation.

Dans les collèges, les professeurs principaux recevaient une indemnité et des adjoints qui recevaient une somme inférieure les aidaient à faire leur travail. Les « autres professeurs » ne touchaient d’indemnité que s’ils participaient au conseil de classe ; c’est pour cela que les principaux de collège leur faisaient signer leur feuille de présence.

Puis on introduisit la mission de professeur principal en classe de seconde mais en supprimant l’indemnité de son adjoint. Ce professeur principal tenait seul la réunion dite « parents professeurs » mais par imitation de la situation faite au collège, les proviseurs faisaient pression pour que les « autres professeurs » participassent à ces réunions. Les années suivantes, le professeur principal fit son apparition en 1re puis en terminale.

Vint la loi Jospin du 10 juillet 1989, la loi qui mit « l’élève au centre » et déposséda les professeurs de leur autorité et de leur mission d’instruction au profit de la bienveillance : il s’agissait de faire arriver 80 % des élèves au niveau du baccalauréat, fût-ce en les surnotant au mépris de leur niveau réel.

Et après une campagne qui vit les professeurs renvoyer au ministre par mandat leurs misérables indemnités (campagne favorisée par le SNALC), le ministre créa l’indemnité de suivi et d’orientation mieux rémunérée que la misérable indemnité précédente.

Le ministre déclara publiquement et devant témoins que l’I.S.O. n’était pas destinée à demander du travail supplémentaire aux professeurs mais bien à leur payer le travail qu’ils faisaient déjà ! On sait ce qu’il en est advenu. Aujourd’hui, l’ISO fait partie de nos obligations au point que ne pas participer au conseil de classe entraîne une perte d’un jour complet de salaire quand bien même on aurait fait tous ses cours de la journée.

Voilà donc un témoignage de plus à l’appui de ceux qui se plaignent de l’aggravation de nos conditions de travail et se méfient des promesses ministérielles

 

Article paru dans la Quinzaine universitaire n°1436

Le SNALC a toujours fait de la revalorisation légitime de la part fixe des traitements la première de ses revendications et ce, sans contreparties.

Après avoir participé activement à la mobilisation depuis plus d'un mois, le SNALC a momentanément suspendu son appel à la grève. Il a cependant déposé un préavis jusqu'aux vacances d'hiver pour toutes les zones, et laisse celles et ceux qui sont dans la lutte libres de continuer les actions locales et légales, qu'il soutient évidemment.

Le SNALC compte fermement participer aux discussions de la mise en œuvre de la revalorisation des enseignants, CPE et PsyEN, inscrite dans l'article 1 du projet de loi sur les retraites, afin de ne pas prendre le risque de laisser d'autres syndicats négocier la mise à mal de nos missions et de nos obligations.

Les lignes rouges du SNALC sont claires et publiques. Si elles sont franchies, le SNALC prendra ses responsabilités et rentrera à nouveau, immédiatement, dans l'arène.

 

COMPRENDRE LES ENJEUX

Lire la suite 

 

 

Page 1 sur 110

Accès webmaster

Mention C.N.I.L

Les informations recueillies sont nécessaires pour votre adhésion.Elles font l’objet d’un traitement informatique et sont destinées au secrétariat de l’association. En application des articles 39 et suivants de la loi du 6 janvier 1978 modifiée, vous bénéficiez d’un droit d’accès et de rectification aux informations qui vous concernent.
Si vous souhaitez exercer ce droit et obtenir communication des informations vous concernant, veuillez vous adresser à : snalc@snalc-reunion.com

Visiteurs

11914446
Aujourd'hui
Hier
Cette semaine
Semaine dernière
Mois en cours
Mois dernier
Tous les jours
587
12020
31537
8916649
324969
336142
11914446

Your IP: 3.229.142.175
2020-01-29 01:39

Paramétrages de cookies

×

Cookies fonctionnels

Ce site utilise des cookies pour assurer son bon fonctionnement et ne peuvent pas être désactivés de nos systèmes. Nous ne les utilisons pas à des fins publicitaires. Si ces cookies sont bloqués, certaines parties du site ne pourront pas fonctionner.

Mesure d'audience

Ce site utilise des cookies de mesure et d’analyse d’audience, tels que Google Analytics et Google Ads, afin d’évaluer et d’améliorer notre site internet.

Contenus interactifs

Ce site utilise des composants tiers, tels que ReCAPTCHA, Google Maps, MailChimp ou Calameo, qui peuvent déposer des cookies sur votre machine. Si vous décider de bloquer un composant, le contenu ne s’affichera pas

Réseaux sociaux/Vidéos

Des plug-ins de réseaux sociaux et de vidéos, qui exploitent des cookies, sont présents sur ce site web. Ils permettent d’améliorer la convivialité et la promotion du site grâce à différentes interactions sociales.

Session

Veuillez vous connecter pour voir vos activités!

Autres cookies

Ce CMS Joomla utilise un certain nombre de cookies pour gérer par exemple les sessions utilisateurs.

Activation