Site du SNALC Réunion - Publications nationales

Ce devait être une formidable opération de communication, permettant de réfléchir de façon approfondie sur le système éducatif et d'embarquer la société entière (et le reste du gouvernement ?) sur la cause des enseignants. Un grand colloque scientifique, des « États-Généraux », plus de 150 heures de réunion… et tout ça pour ça.

Certes, la situation sanitaire n'a pas aidé, mais ce serait dédouaner un peu vite le ministère de ses intentions discutables. Le SNALC, fidèle au poste, et dans l'optique de vous rendre compte dans le détail de la teneur des échanges, a assisté à tous les ateliers, et est également de tous les groupes de travail de l'agenda social.

Le résultat est là. Nous avons lu les dix synthèses (une par atelier), et nos responsables les ont analysées. Le bilan est sans appel : on a eu droit très exactement à ce que l'on craignait. Je cite quelques expressions représentatives de mes collègues : « un monologue où tout est préparé », « la tenue de cet atelier fut inadmissible », « aucun cadrage rigoureux du sujet », « une mascarade », « ridicule au regard des problèmes quotidiens rencontrés dans l’ensemble de nos métiers », ou bien encore « une synthèse de discussions de comptoir ».

Ce devait être une formidable opération de communication, permettant de réfléchir de façon approfondie sur le système éducatif et d'embarquer la société entière (et le reste du gouvernement ?) sur la cause des enseignants. Un grand colloque scientifique, des « États-Généraux », plus de 150 heures de réunion… et tout ça pour ça.

 

Certes, la situation sanitaire n'a pas aidé, mais ce serait dédouaner un peu vite le ministère de ses intentions discutables. Le SNALC, fidèle au poste, et dans l'optique de vous rendre compte dans le détail de la teneur des échanges, a assisté à tous les ateliers, et est également de tous les groupes de travail de l'agenda social.

Le résultat est là. Nous avons lu les dix synthèses (une par atelier), et nos responsables les ont analysées. Le bilan est sans appel : on a eu droit très exactement à ce que l'on craignait. Je cite quelques expressions représentatives de mes collègues : « un monologue où tout est préparé », « la tenue de cet atelier fut inadmissible », « aucun cadrage rigoureux du sujet », « une mascarade », « ridicule au regard des problèmes quotidiens rencontrés dans l’ensemble de nos métiers », ou bien encore « une synthèse de discussions de comptoir ».

La palme revient sans nul doute à la synthèse de l'atelier revalorisation, où le rédacteur va jusqu'à se réjouir du départ d'organisations syndicales représentatives car cela a permis, selon lui, de « rééquilibrer la composition du groupe ». On a perdu des gens qui s'y connaissaient, et on les a remplacés par d'autres qui n'y connaissaient souvent pas grand-chose : sacré progrès !

Le SNALC, lui, est resté jusqu'au bout, car nous nous sommes fixés l'objectif de vous informer dans le détail. En effet, c'est normalement à partir de ces synthèses que le ministre est supposé faire des annonces, dans un futur plus ou moins proche et toujours incertain. Vous pouvez ainsi juger sur pièces du processus, de la « représentativité » des ateliers, du degré de connaissances techniques et professionnelles de nombre de ses participants, et de la façon dont les débats ont été encadrés, pour ne pas dire orientés.

Enfin, le SNALC a lui aussi une synthèse à soumettre à votre avis. Alors même que la question de la rémunération des personnels enseignants et assimilés ne fait plus débat, alors même qu'hommes et femmes politiques de tous bords n'avaient pas assez de trémolos dans la voix pour dire à quel point l'École était un des piliers de la République, alors même que le funeste projet de réforme des retraites avait mis au jour de façon limpide à quel point la part fixe de la rémunération des professeurs était pitoyable, nous voici aujourd'hui avec dix synthèses parfois intéressantes, souvent irritantes et régulièrement inacceptables. Nous voici sans aucune garantie de revalorisation pluriannuelle, sans aucun projet de loi chiffré, à un an de la fin du quinquennat. Il y a un an, le 26 février 2020, Jean-Michel Blanquer déclarait vouloir « faire du prof français le professeur le mieux payé d'Europe, en mettant le paquet ». Un an après, nous en sommes toujours au même point : le point mort. Notre question est la suivante : y a-t-il un ministre à l'Éducation nationale, avec une volonté et un poids politique suffisants pour faire avancer la cause des personnels ? Notre réponse est sans appel : non. Il y a juste une agence de com'.

 


Jean-Rémi Girard, président du SNALC

jeudi, 25 février 2021 12:22

QUOI QU'IL EN COÛTE !

Écrit par

La voie professionnelle, défendue et mise en avant à sa création au milieu des années 1980, connaît aujourd’hui de bien durs moments. Elle est devenue la cible, celle qui gêne dont il faut se débarrasser car elle ne répond pas aux envies de ceux qui veulent sa destruction.

Déjà affaiblie en 2009 avec la réforme du BAC Pro 3 ans, pour laquelle le SNALC s'était opposé, pour répondre aux besoins économiques d'emplois de certaines branches professionnelles, la formation initiale scolaire en LP est en voie d'extinction avec la réforme Blanquer.


Depuis 2 ans, nous avons eu de cesse de constater et de remonter tous les méfaits de la TVP.

La diminution des heures de disciplinaires et de pratiques, les dispositifs de cointervention et de chefs d’œuvre qui ne rassemblent que doutes, impressions négatives et inutilités sur le terrain.

Il n'y a guère que les inspecteurs auxquels on offre un spectacle reluisant et éphémère lors de visites qui donnent l'illusion d'y croire. La réalité est tout autre et notre enquête le démontre bien.

 

La Quinzaine Universitaire N°1450 est en ligne

Cliquez sur l'image ci-dessous pour télécharger ce numéro :

et le supplément spécial

MUTATIONS INTRA-ACADÉMIQUES 2021

 

 

 
 
 
 
mercredi, 17 février 2021 14:14

Communiqué de presse voie professionnelle

Écrit par

Jean Michel Blanquer poursuit sa politique de destruction de la voie professionnelle sans tenir compte de la crise sanitaire exceptionnelle que nous subissons.


Il prétend en faire une voie d'excellence, mais en réalité, aveuglé par son idéologie libérale, il n'a de cesse de l'ignorer, de la démanteler et de l'appauvrir.

 

  •  De l'ignorer, comme le prouve sa communication concernant les adaptations de la session 2021 du baccalauréat général et technologique. Il n'y a qu'un paragraphe concernant les examens dans la voie professionnelle, dans lequel il multiplie les approximations et les oublis, laissant ainsi les personnels dans l'incertitude. Les CAP et l'épreuve orale qui comptera pour moitié dans l'obtention du chef-d'œuvre ne sont pas évoqués. La mise en place de ce dispositif est un échec et les élèves de CAP ne pourront pas être évalué-es équitablement pour cette session 2021. Ces élèves, qui conjuguent les difficultés, ne doivent pas essuyer les plâtres de cette épreuve orale. Pour l'intersyndicale, dans le contexte sanitaire actuel, il est indispensable de neutraliser la session 2021 du chef-d'œuvre. 

 

  •  De la démanteler, comme en témoigne le bilan catastrophique de sa réforme qui s'attaque aux heures disciplinaires et à la qualité des contenus de formations en empilant chef-d'œuvre, co-intervention et heures d'accompagnement personnalisées dont beaucoup sont dédiées à l'orientation. Les adaptations de la co-intervention en terminale organisent la concurrence entre les disciplines tout en démontrant l'essoufflement et l'échec de ce dispositif. Cette réforme amplifie la perte de sens du métier ressentie par de nombreux et nombreuses collègues. L'intersyndicale exige du ministre qu'il renonce à sa réforme et qu'il légifère rapidement pour redonner du temps d'enseignement général et professionnel aux jeunes dans l'objectif d'améliorer leur poursuite d'études et leur insertion professionnelle.

 

La Quinzaine Universitaire N°1449 est en ligne

Cliquez sur l'image ci-dessous pour télécharger ce numéro :

 

 

SOMMAIRE:

ÉDITO : QUAND LE POLITIQUE BROUILLE L’ÉCOUTE
Le SNALC est un syndicat réaliste. Il n’attend pas, surtout dans la période que nous vivons, que l’on prenne des décisions qui satisfassent 100 % des gens 100 % du temps. Mais ce qu’il attend, c’est qu’on améliore le processus qui mène à la prise de décision. Et actuellement, un élément central fait défaut : l’écoute [Lire la suite]


DOSSIER DU MOIS : CHANGER D'AIR

Rupture conventionnelle, la grande déception ?
Mobi-SNALC : changez d’air pour changer d’ère
Cumul de fonctions
Commissions disciplinaires : quand l’administration fait le ménage…
Les conseillers mobilité-carrière
La disponibilité : faute de mieux ?
Pas de détachement sans motivation
Le Compte Personnel de Formation
Petits conseils pratiques si vous partez à la retraite


LES PERSONNELS

9 - Professeurs des écoles : la vocation ne suffit plus
9 - Ne l’oubliez pas !


SYSTÈME ÉDUCATIF

10 - Les ambitions du CSP pour une école maternelle obligatoire à 3 ans
10 - Les élèves mauvais en maths : une surprise ?
11 - Secondes en LGT : iceberg en vue !
11 - Et si on ludifiait ?
12 - Enseignement de spécialité en EPS : une ouverture triplement limitée !
12 - CAPPEI par VAE


CONDITIONS DE TRAVAIL

13 - Le point sur la situation sanitaire
13 - L’EPS à l’âge de glace !

 

 
 
 
 
Page 1 sur 58

Accès webmaster

Mention C.N.I.L

Les informations recueillies sont nécessaires pour votre adhésion.Elles font l’objet d’un traitement informatique et sont destinées au secrétariat de l’association. En application des articles 39 et suivants de la loi du 6 janvier 1978 modifiée, vous bénéficiez d’un droit d’accès et de rectification aux informations qui vous concernent.
Si vous souhaitez exercer ce droit et obtenir communication des informations vous concernant, veuillez vous adresser à : snalc@snalc-reunion.com

Visiteurs

17668649
Aujourd'hui
Hier
Cette semaine
Semaine dernière
Mois en cours
Mois dernier
Tous les jours
16846
22698
39544
14622850
147735
491585
17668649

Your IP: 178.168.203.224
2021-03-08 23:03

Paramétrages de cookies

×

Cookies fonctionnels

Ce site utilise des cookies pour assurer son bon fonctionnement et ne peuvent pas être désactivés de nos systèmes. Nous ne les utilisons pas à des fins publicitaires. Si ces cookies sont bloqués, certaines parties du site ne pourront pas fonctionner.

Mesure d'audience

Ce site utilise des cookies de mesure et d’analyse d’audience, tels que Google Analytics et Google Ads, afin d’évaluer et d’améliorer notre site internet.

Contenus interactifs

Ce site utilise des composants tiers, tels que ReCAPTCHA, Google Maps, MailChimp ou Calameo, qui peuvent déposer des cookies sur votre machine. Si vous décider de bloquer un composant, le contenu ne s’affichera pas

Réseaux sociaux/Vidéos

Des plug-ins de réseaux sociaux et de vidéos, qui exploitent des cookies, sont présents sur ce site web. Ils permettent d’améliorer la convivialité et la promotion du site grâce à différentes interactions sociales.

Session

Veuillez vous connecter pour voir vos activités!

Autres cookies

Ce CMS Joomla utilise un certain nombre de cookies pour gérer par exemple les sessions utilisateurs.