• Congrès 2010
  • Réunion S1 2016_1
  • Congrès 2015_48
  • Congrès 2010
  • Congrès 2015_33
  • Réunion S1 2012
  • Congres 2011
  • Congrès 2015_23
Le SNALC dans les média

Le SNALC a publié un corpus de propositions pour le lycée.

 "Pour un lycée de tous les savoirs – Corpus de propositions pour la rénovation des trois voies du Lycée –Septembre 2014" www.snalc.fr/national/article/932/

Tout d’abord, je voulais dire que j’apprécie les écrits du  SNALC, car ils ont une analyse propre, qui ne reprend pas systématiquement ce qui est généralement admis.

Je pense que ce corpus de propositions a des défauts ........lire la suite sur le site de 

FIGAROVOX/ANALYSE - D'après l'enquête Talis publiée par l'OCDE, à peine 5% des enseignants français estiment que leur métier est valorisé à sa juste valeur. Jean-Rémi Girard nous explique pourquoi.

 

Jean-Rémi Girard est Secrétaire national à la pédagogie du SNALC-FGAF (Syndicat National des Lycées et Collèges). Il tient le blog sur l'Education nationale «Je suis en retard»

Faire faire une enquête sur les professeurs et les chefs d'établissement par l'OCDE, dans un premier temps, cela peut surprendre. C'est cette même OCDE qui «commet» déjà l'enquête PISA, le nec plus ultra en matière de débat sur l'éducation, sorte de TOP 50 du niveau des élèves de 15 ans fondé sur des critères flous et sur une vision de l'enseignement qu'on pourra trouver discutable. À l'arrivée, grands débats mondains sur le système scolaire Finlandais...

Lire la suite 

vendredi, 06 juin 2014 13:39

Le bac mention ou pas ?

Écrit par

 

 

 

Le 7 Juin à 19h30

Jean Louis PRADEL, president du SNALC Réunion participera à l'émission Questions d'actu sur Antenne Réunion

 

Le SNALC a obtenu le report de la prérentrée en septembre grâce à son action, notamment le préavis de grève déposé pour cette journée de prérentrée.

La preuve : http://www.snalc.fr/national/article/733/

 

mardi, 13 mai 2014 18:31

Le changement et la continuité

Écrit par

LE  CHANGEMENT ET LA CONTINUITE :

Récemment interrogé sur une station de radio périphérique, le précédent ministre de l'éducation nationale se disait content des orientations prises par Benoit Hamon et du maintien de l'objectif des soixante mille postes. Ce dernier point, s'il semble acquis, ne l'a assurément pas été sans une lutte de courants, et bien des remous, autour du Premier ministre. La rigueur eût supposé le renoncement. Conforter l'image affichée dès la prise de fonction  du grand ministère de l' Education nationale, de l'enseignement supérieur et de la recherche comme du ministère social par excellence, imposa le maintien de l'objectif. Ce sacrifice budgétaire a un prix, la glaciation durable du point d'indice, avec le temps prenant des airs d'éternité. Il a un hasard, le doute de pourvoir aux postes créés. C'est une continuité dans le changement qui,quoi qu'il en soit,tient à s'affirmer. Elle nous invite à nous interroger sur la façon dont elle va être assumée. Et d'abord, que va-t-on continuer ?

 

 

LE POIDS DE L'INACCOMPLI :

A la veille de la rentrée scolaire, un jeune prof sur deux se dit "frustré" par son métier. Comment expliquer ce malaise? Daniel Arnaud, enseignant, dénonce dans un livre la montée des violences scolaires et le silence de l'administration.
 

Lire la suite sur le site 

Page 1 sur 4