vendredi, 17 mars 2017 22:03

Compte rendu du dernier Conseil Régional de l’U.N.S.S

Écrit par Jacques COSSERAT
Évaluer cet élément
(3 Votes)
ProfileLe dernier Conseil Régional de l’U.N.S.S. – C.R.U.N.S.S. – du 28 février dernier s’est focalisé sur un point : les comptes de l’UNSS régionale mis à mal – pour simplifier - par l’ancienne direction mais ne nommons personne, cela n’est pas politiquement correct – mais parlons plutôt de structure comme l’a rappelé à maintes reprises le nouveau directeur régional.
Débarqué sans ménagement en fin d’année scolaire, l’ancien directeur régional a été remplacé par M. François METZ, prédécesseur sur le poste du précédent, et « désigné » par le rectorat afin de rendre une santé financière saine au service.
 Suite à des subventions non perçues à cause de délais d’envoi non respectés, à cause de l’utilisation aléatoire des fonds propres du service (il ne restait que 3000 € quand 30 à 40 000 € constituent une base saine, à savoir environ 10 % du budget global), de voyages Réunion-Métropole, d’un engagement à un championnat d’Europe de Futsal au financement non arrêté (point heureusement réglé depuis), la bonne marche de la structure s’est vue fin septembre subitement arrêtée. A l’examen du budget prévisionnel 2016-2017, un déficit important empêchant de poursuivre entre autres les championnats s’est faite jour. Notez que 90 % du budget est consacré à la problématique des transports.

Après négociation avec l’U.N.S.S. nationale, F. METZ et Mme A. AMADEUF, I.A.R. d’E.P.S., ces derniers ont obtenu une subvention provenant des fonds de réserve de la nationale tout en leur précisant que ce geste n’aurait lieu qu’une seule fois et que dès lors, il leur faudrait se débrouiller seuls pour équilibrer leurs comptes et finir l’année scolaire entamée.

 Jusque-là, rien que de très normal, me direz-vous. Certes. La réalité va se compliquer maintenant. A l’examen de sa trésorerie, F. METZ sait qu’il ne pourra pas finir l’année à moins de supprimer x championnats d’académie et compétitions diverses, ce d’autant plus que le district Est lycée est en déficit de manière chronique.

Soulignons que les districts est collège et district est lycée ne mutualisent pas leurs transports ni entre collèges, ni entre lycées et encore moins entre collèges et lycées, alors que paradoxalement, ce district avait été le premier à mettre en place ce fonctionnement voici plus de vingt ans.

Aussi a-t-il été décidé – mais par qui ? – que le district sud, et lui seul, ne recevrait pas sa subvention 2016, qu’il fonctionnerait donc sur ses propres fonds de réserve, résultats de sa bonne gestion rigoureuse et sa mutualisation collèges-lycées. Le bon élève se voit donc puni pour sa bonne conduite ! La mixture est mal digérée, cette décision étant par ailleurs définitive, non négociable. Aucune concertation ni vote n’ont eu lieu, pas même avec les membres du comité régional, comme vous l’avez tous compris. 

Vous imaginez que les collègues du district sud ne comptent pas en rester là et que des actions sont d’ores et déjà prévues dès la rentrée de mars afin de trouver une solution apaisante.
 Au-delà d’une soit disant solidarité ou pour reprendre des mots à la mode actuellement dans le discours officiel qui nous encourage à « agir avec bienveillance », on est à même de se demander si pour boucler le budget 2016-2017, ce qui est loin d’être réalisé même si un peu de 100 000 € sont en caisse, il ne sera pas imposé, à la manière d’un nouveau « diktat », aux districts nord et ouest de devoir, eux aussi, se passer de leur subvention. 

A suivre.


 
 
 
 
 
Lu 378 fois Dernière modification le samedi, 18 mars 2017 03:52